Feu vert pour l’interdiction du portable dans les écoles

téléphone

Les législateurs français ont voté jeudi pour l’interdiction des téléphones portables dans les écoles publiques, l’un des engagements de la campagne du président Emmanuel Macron. Cependant, les adversaires ont déclaré qu’il ne fera pas grand-chose pour contrer les perturbations dans les salles de classe ou limiter la cyber6intimidation.

Ce problème a mis à profit l’anxiété de nombreux parents quant à la façon de limiter le temps passé sur l’écran de leurs enfants, en particulier à la suite des révélations sur les atteintes à la vie privée en ligne par les entreprises de technologie.

Le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, l’a qualifié de ” loi du XXIe siècle, une loi pour faire face à la révolution numérique “.

“C’est un signal à la société française des enjeux pour notre société”, a-t-il déclaré au Parlement. “Être ouvert aux technologies du futur ne signifie pas que nous devons accepter toutes leurs utilisations.”

Neuf étudiants français sur dix âgés de 12 à 17 ans possèdent un téléphone portable, selon une enquête réalisée en 2016.

Les enseignants se plaignent du fait que les élèves envoient des messages texte et discutent sur les médias sociaux pendant les heures de classe.

La loi proposée exigerait que les élèves du primaire et du premier cycle du secondaire gardent leur téléphone dans un sac à dos ou autrement hors de vue.

Déjà, environ la moitié des 51 000 écoles primaires et 7 000 écoles secondaires de premier cycle du pays interdisent leur utilisation.

“Nous ne parlons pas d’un big bang, mais nous avons soutenu la voie législative parce qu’elle renforce le processus “, a déclaré Philippe Vincent du syndicat des directeurs d’école du SNPDEN à l’AFP avant le vote parlementaire.

Mais la loi ne codifie pas de punition spécifique pour leur utilisation, et les avocats ont noté que les enseignants n’ont pas le droit de saisir les effets personnels non dangereux des élèves.

Les critiques disent aussi que la loi s’avérera inefficace, disant que les étudiants pourraient facilement faire défiler les médias sociaux ou échanger des Snapchats tout en faisant semblant de fouiller dans leurs sacs à dos.

Et certains enseignants s’irritent des appels les invitant à ranger leur téléphone pendant les heures de classe, notant qu’ils sont la principale source d’alerte en cas d’urgence.

Mais Richard Ferrand, chef du parti République En Marche au Parlement, a déclaré que la loi s’accompagnerait d’efforts pour expliquer l’importance de limiter l’utilisation du téléphone aux étudiants.

“Quand, sur un terrain de jeu, vous voyez des jeunes gens qui se regardent tous les uns à côté des autres en train de se regarder au téléphone, la conséquence est de ” briser le lien de camaraderie et de partage “, a-t-il dit avant le débat.

Cet article a été publié dans la catégorie : Actualités.