La France est sur le point d’introduire dans l’enseignement secondaire les cryptomonnaies

En juin, le ministère français de l’Éducation nationale a modifié son plan d’étude pour y intégrer la plus grande cryptomonnaie du monde. On s’attend à ce que les éducateurs français donnent un cours d’introduction qui aidera les étudiants à comprendre l’impact du Bitcoin sur l’économie française et mondiale.

Le ministère met également à la disposition des enseignants trois vidéos explicatives éducatives qui répondent à des questions telles que « Le Bitcoin est-il la monnaie de l’avenir ? », « Le Bitcoin peut-il remplacer l’euro ? ».

Selon les grandes lignes du ministère, les élèves devront comparer le Bitcoin avec les monnaies de bases, ce qui leur permettra d’acquérir des connaissances de base sur le Bitcoin, les cryptomonnaies et leur rôle dans le monde financier traditionnel.

Comme il ne s’agit que d’un cours d’introduction au Bitcoin, on ne s’attend pas à ce que les étudiants quittent la classe en tant qu’experts à part entière en cryptomonnaie. Cependant, l’enseignement aux jeunes étudiants de certaines des entrées et sorties du Bitcoin et d’autres cryptomonnaies leur fournira des connaissances qui deviendront de plus en plus pertinentes à mesure que les cryptomonnaies seront plus largement adoptées.

La France et l’adoption du Bitcoin

La France connaît une forte croissance de l’adoption de la cryptologie avec la relance début octobre de Keplerk, une start-up française qui accepte les paiements BTC dans plus de 5.200 bureaux de tabac en France.

Fin septembre, plus de 25 000 points de vente de 30 détaillants français, dont le géant du sport Décathlon et le magasin de cosmétiques Sephora, ont annoncé qu’ils commenceraient à accepter les paiements Bitcoin début 2020.

Cet article a été publié dans la catégorie : Actualités.